Retour
Publié le 13/02/2019 - court-métrage

Du 13 au 19 fév. 2019

Ascension et T’es un bonhomme, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 13 au 19 février 2019.

 

  • Ascension devant les séances d’Artic

    Au début du vingtième siècle, deux alpinistes montent la statue d’une Sainte Vierge en haut d’une montagne.

Grand voyageur des festivals d’animation sur tous les continents en 2014, Ascension prouve à son tour le haut niveau des écoles d’animation françaises, étant signé de cinq étudiants de Supinfocom Arles maîtrisant parfaitement l’image numérique 3D. Leur film joue habilement du postulat géographique de son intrigue, tout en verticalité et suit ses deux personnages dans leur mission en les regardant en plongée, en contre-plongée ou de côté, lorsque l’un d’entre eux chute, infortuné, dans une crevasse.

Les décors de montagne sont grandioses, d’autant que la lumière du film traduit le passage du jour, les scènes ultimes de l’ascension étant nimbées des rayons d’un soleil couchant, pour un rendu visuellement superbe. Pour ce qui est de l’histoire, la sulpicienne mission du duo d’escaladeurs – installer une Vierge au sommet d’un pic – est heureusement battue en brèche par un humour très “cartoonesque” et politiquement quelque peu insolent, puisque l’un des audacieux perd successivement ses prothèses de jambe et de bras, tandis que la statue sacrée filera sur la neige comme un bobsleigh ! On peut heureusement rire de tout, surtout dans le champ de l’animation !

Scénario Thomas Bourdis, Martin de Coudenhove, Florian Vecchione Musique Seth Stewart Production Supinfocom Arles
L’Extra Court

 


  • T’es un bonhomme devant les séances de Deux fils et Vice

    Sous la pression de son grand frère, Willy va devoir devenir un homme…

Le quiproquo est en lui-même un procédé susceptible de désorienter et de ravir tout à la fois les spectateurs, depuis les origines du théâtre classique jusqu’aux plus gros succès de la comédie populaire à l’écran. T’es un bonhomme s’inscrit dans cette riche tradition de déconstruction des apparences, et surtout du préjugé des regards, en mettant en scène deux frangins issus d’une zone perçue immédiatement comme sensible et synonyme de violences latentes. Un jeune homme qui s’approche tranquillement pourrait bien en être la victime expatoire au moment de s’engager dans un tunnel qui évoque le terrible souterrain de l’Irréversible de Gaspar Noé…

Pas question de “spoiler” ici le nœud d’un film très court – à peine deux minutes ! – primé en 2017 pour son scénario, justement, lors du Mobile Film Festival, une opération qui aura, par sa vocation même – avec comme seule nécessité le recours à un smartphone – véritablement démocratisé l’accès à la fiction pour toute une génération de créateurs a priori éloignés des arcanes du Septième Art. T’es un réal’, bonhomme !

Scénario Sylvain Certain Musique Romain Trouillet Interprétation . Jeels, Mohamadou Diop, Guilhem Du Fayet Production Certain Sylvain
L’Extra Court