Retour
Publié le 16/10/2019 - court-métrage

Du 16 au 22 octobre 2019

L’envol et Sur le toit, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 16 au 22 octobre 2019.

 

  • L’envol devant les séances de Donne-moi des ailes et Les camarades

    Dans sa cage, l’oiseau rêve des nuages. Un film composé de 2 400 images créées une à une sous Photoshop pour un rendu pictural et onirique.

Existe-t-il un rêve d’enfance plus exaltant que celui de jouir d’un lit volant permettant de voyager à travers le monde en restant bien au chaud sous sa couette ? Une représentation des plus célèbres d’un tel prodige date de plus de cent ans, liée au Little Nemo in Slumberland de Winsor McCay, ce classique de la bande dessinée internationale qui fut publié en 1905. Avec L’envol, l’artiste japonais Hajime Kimura emmène à son tour son jeune héros, un sage petit garçon endormi, dans les airs. Au-dessus d’une grande ville ou de campagnes vallonnées, d’abord, puis sous la surface de l’eau, à la rencontre de poissons rouges placides. La balade, onirique et fascinante, se poursuit avec une abstraction croissante, au milieu de formes géométriques invitant à la méditation et au rêve.

Le rendu plastique, saisissant, résulte d’un travail poussé sur une somme de plus de deux mille quatre cents images “fondues”, l’une dans la suivante, grâce à un outil en apparence banal, le logiciel Photoshop. La fluidité du mouvement résonne parfaitement dans les notes de la partition originale du musicien électro Saycet. Depuis ce succès, la société de production parisienne Les Valseurs a confirmé son excellence à coproduire des cinéastes d’animation étrangers, propulsant Vilaine fille, d’Ayce Kartal (également disponible au sein du catalogue de L’Extra Court), vers la triomphale carrière que l’on sait.

Scénario Hajime Kimura Musique (Pierre Lefeuvre) Saycet Production Les Valseurs
L’Extra Court

 


  • Sur le toit devant les séances de Matthias & Maxime et Camille

    C’est l’été. Adrián et sa bande grimpent chaque après-midi sur le toit afin d’espionner une jeune femme dénudée qui prend le soleil. Mais cette journée ne sera pas comme les autres, alors qu’on remarque que l’un des adolescents semble plus intéressé par un homme se douchant sur une terrasse voisine…

C’est un convaincant cri pour la tolérance et la liberté d’être soi que pousse Damià Serra Cauchetiez, jeune réalisateur originaire de Gérone, en Catalogne. À travers ce film d’école réalisé dans les murs de l’Escac, l’une des principales écoles de cinéma de sa région, il explore, sous un éclatant soleil méditerranéen, les méandres des sensations adolescentes, parfois inattendues, sinon bouleversantes. Ainsi, le jeune héros du film se rend compte que son regard a été capté par une nudité masculine plutôt que par les courbes féminines que ses copains reluquent de la terrasse d’un toit : lui faut-il cacher ce trouble, faute pour l’heure de pouvoir assumer sa signification ?

L’écriture et la mise en scène, à la fois frontale et léchée, restitue à merveille la violence de ce qui se joue, avec ces rivalités impitoyables entre adolescents, en premier lieu ce caïd boutonneux aussi rude dans l’attitude que binaire dans la pensée. Au-delà des bravades, ne pas se soumettre à la loi du plus fort sera la voie empruntée par le jeune Adrián, heureusement décidé à ne pas trahir cette identité profonde qu’il a soudainement découverte.

Scénario Miguel Casanova, Damià Serra Cauchetiez Musique Kevin Smither Interprétation Nil Cardoner, Roger Princep, Biel Estivill, Pol Hinojosa, Arnau Aizipitarte
L’Extra Court