Retour
Publié le 18/03/2020 - court-métrage

Du 18 au 24 mars 2020

Dans le cadre des Semaines d’Éducation Contre le Racisme et toutes les formes de Discriminations (#SECD), Vos Cinémas s’associent et vous proposent une programmation de courts-métrages sélectionnés pour l’occasion. Pour cette deuxième semaine, venez découvrir Coach et The Devil dans vos salles préférées.

 

  • Coach devant les séances de Benni

    Un père divorcé emmène son fils, dont il n’a pas la garde, assister à son premier match de football de l’équipe d’Angleterre, en France. Une panne de voiture et la rencontre avec un car de supporters, à tendance hooligan, donneront à cette aventure une toute autre tournure.

Coach repose sur une solide dramaturgie, réduite à une durée inférieure à un quart d’heure, ce qui est devenu plutôt rare au sein de la production globale. L’enjeu est fort, lié à la représentation qu’un adolescent peut avoir de son propre père : le jeune David, maillot de l’équipe nationale anglaise sur le dos, est dans la voiture du sien, en route vers le Stade de France à Paris. Son géniteur écoute de la musique classique et correspond peu à l’image de “coolitude” des supporters croisés sur une aire d’autoroute, alors qu’un pneu de leur voiture a éclaté…

C’est rien moins que la question de la transmission qui se profile, à savoir celles de valeurs de raison et de tolérance, qui sont essentielles de la part d’un père vers son fils, même si elles paraissent moins “fun” que les insanités amusantes prononcées, chantées ou perpétrées par un fasciste ordinaire… Le charismatique Ross, leader des hooligans rencontrés, exerce en effet une fascination immédiate sur le teenager en délicatesse avec ce père qu’il voit rarement et c’est l’expérience réelle de la violence qui le fera évoluer. La tension est palpable, jusqu’à un dénouement ironique et fort bien senti.

Scénario Ben Adler Interprétation Stuart McQuarrie, Conner Chapman, Ben Batt, Tom Morton Production Fluxus Films
L’Extra Court

 


  • The Devil devant les séances de Le capital au XXIème siècle

    “Vous ne savez pas qui nous sommes…”, lance d’emblée une femme d’origine afro-américaine. Un montage d’archives filmées et de photos retrace à la suite l’histoire des fameux Black Panthers, sur le rythme d’une musique post-punk.

On sait combien le réalisateur multi-talents Jean-Gabriel Périot, âgé de quarante-cinq ans, se passionne, depuis de nombreuses années, pour les archives visuelles et sonores, et plus largement pour l’Histoire. Il travaille ainsi sans relâche différents matériels documentaires, s’intéressant à toutes les zones géographiques et ayant déjà signé une vingtaine de courts métrages, mais aussi trois longs métrages (Une jeunesse allemande, Lumières d’été et Nos défaites, en salles à l’automne 2019), tant sur un registre de documentaire “pur” que dans celui de la fiction.
The Devil débute sur une revendication : “Vous ne savez pas qui nous sommes…”. Il s’agit de celle du mouvement de libération afro-américaine Black Panther Party, né en Californie en 1966 et qui s’est éteint en 1982. Ses deux membres fondateurs étaient Huey P. Newton et Bobby Seale, assassiné en 1989. Basé à l’extrême-gauche de l’échiquier politique, le mouvement mêlait le marxisme-léninisme, le maoïsme, l’anticapitalisme et le nationalisme noir. Des résonnances qui demeurent fortes aujourd’hui, en raison de la politique ultra nationaliste, protectionniste et pro-WASP menée par l’actuel 45e président des États-Unis Donald Trump, depuis janvier 2017.

En écho au combat au cœur des images, le titre éponyme The Devil du musicien français Boogers (pseudonyme de Stéphane Charasse) revient, tel un mantra, tout au long du film. Il fait partie de son album As Clean as Possible, sorti en 2010. Les uniques paroles scanent inlassablement : “If you Look upon my Face, You are Watching Now the Devil” (“Si tu regardes mon visage, tu peux voir le Diable”). Boogers avait déjà collaboré avec Périot sur un autre de ses courts : Entre chiens et loups (2008).

Scénario Jean-Gabriel Périot Production Local films
L’Extra Court