Retour
Publié le 19/12/2018 - court-métrage

Du 19 au 25 déc. 2018

Our Wonderful Nature et Pépé le morse, deux courts métrages à découvrir dans vos cinémas du 19 au 25 décembre 2018.

 

  • Our Wonderful Nature devant Le gendre de ma vie le lundi 24 à 21h

    Un regard inédit sur les habitudes alimentaires du caméléon.

Les bestioles en images de synthèse, que la perfection des techniques numériques rend aujourd’hui plus vraies que nature, ont décidément la cote en ce moment. Dans la foulée, par exemple, des batraciens du multi-primé Garden Party, le “caméléon commun” de cette production du Studio Lumatic, Our Wonderful Nature, semble provenir d’un documentaire animalier du National Geographic. Son héros, accroché à sa branche, apparaît bien paisible, paressant comme il se doit sous le soleil et, comme nous l’apprend la voix off veloutée d’un narrateur finement observateur, l’animal est un sacré glouton, dont la longue langue en cotillon peut attraper tout ce qui passe, trottant ou volant, aux alentours.

La brièveté de l’épisode s’appuie sur une logique du gag qui remonte à l’inventivité du cinéma burlesque, sans aucun recours à la parole et seulement tournée vers l’efficace drôlerie du geste. De tout temps, la goinfrerie a provoqué le rire et les fables en font souvent un bien vilain défaut qui mérite punition ! Ce sera le cas pour ce bêta de caméléon, ce que les plus jeunes spectateurs apprécieront eux aussi…

Scénario Tomer Eshed Musique Stefan Maria Schneider Interprétation Roman Garance, Emilie Bion Metzinger, Charles Albol, Catherine Artigala Production Lumatic GmbH & Co KG
L’Extra Court

 


  • Pépé le morse devant les autres séances de la semaine

    Sur la plage sombre et venteuse, Mémé prie, Maman hurle, les frangines s’en foutent, Lucas est seul. Pépé était bizarre comme type, maintenant il est mort.

L’arrivée de Pépé le morse représenta un véritable événement, après l’attribution du César du meilleur court métrage d’animation à une œuvre profonde et poétique, qui avait été présentée en première mondiale au Festival de Cannes au mois de mai 2017.

Rapidement devenu l’un des films d’animation français les plus diffusés de l’année, il a aussi notamment reçu le Prix du public du Festival d’Annecy. Sa jeune réalisatrice Lucrèce Andreae, successivement passée par les Gobelins et la Poudrière, expliqua avoir fait son film comme une sorte de psychanalyse, suite aux décès d’êtres aimés. Elle a surtout trouvé l’adéquation idéale entre un scénario très personnel et émouvant, plongeant dans l’intimité d’une famille éplorée, et une picturalité très soignée, où les aplats colorés des personnages tranchent avec un décor de plage du Nord que l’on dirait sorti d’une toile d’Eugène Boudin. Entre chronique réaliste et échappées fantasmatiques, cet après-midi sur la grève s’imprègne peu à peu d’une solennité qui voit une page se tourner et, enfin, un deuil s’accomplir pour une famille pas comme les autres, impossible à oublier.

Scénario Lucrèce Andreae Musique Fabien Van Haezevelde InterprétationRoman Garance, Emilie Bion Metzinger, Charles Albol, Catherine Artigala, Chann Aglat Production Caïmans productions
L’Extra Court