Retour
Publié le 23/10/2019 - court-métrage

Du 23 au 29 octobre 2019

Tea Time on Hip Hop Nation et The Stained Club, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 23 au 29 octobre 2019.

 

  • Tea Time on Hip Hop Nation devant les séances de Sorry We Missed You

    Après avoir perdu son emploi de longue date chez Classical FM, l’animatrice Ethel Jenny se présente à un entretien d’embauche pour une station de hip-hop.

Le motif de l’entretien d’embauche est presque devenu un classique pour les réalisateurs de courts métrages, surtout sur des formats réduits à moins de dix minutes (voir la série Un entretien, avec Benjamin Lavernhe, sur Canal+), et évidemment sur le registre privilégié de la comédie. La tentation apparaît forte, en effet, de jouer sur le rapport entre celui ou celle qui a le pouvoir du choix, en position de force, et la personne reçue, en quête d’un job et forcément tendue et sur une certaine réserve. Forcément ? Pas sûr…

Ainsi l’Ethel Jenny de Tea Time on Hip Hop Nation se montre-t-elle très à l’aise en entrant dans le bureau d’une radio dédiée au rap pour postuler à l’animation d’une émission sur de nouvelles ondes… Et pourtant, elle n’a pas tellement le look “gangsta” attendu, avec son sac en laine et ses fripes surannées… Mais son aplomb laisse vite baba ses interlocuteurs en même temps que le spectateur, avec une bonne dose d’humour dans les dialogues, une fois la situation posée. Venant d’une fréquence diffusant du classique, elle ne semble pas gênée par le grand écart de ses propositions et affirme même beaucoup apprécier “Kenya” West ! Très drôle, le film tient évidemment d’abord à la performance de sa réalisatrice et actrice Kelly Fulton, tordante dans les petits gestes comme les intonations. On a qu’une seule envie : la revoir au plus vite, tant le cinéma indépendant US semble fait pour elle…

Scénario Kelly Fulton Musique Charlotte Von Kotzea Interprétation Kelly Fulton, Mohammed Kausar, Kim Taylor Bennett, Carl Garrison Production Salaud Morriset production
L’Extra Court

 


  • The Stained Club devant les séances de Hors normes et Ma folle semaine avec Tess

    Finn a des taches sur son corps. Un jour, il rencontre un groupe d’enfants avec des taches différentes. Un jour, il comprend que ces taches ne sont pas juste jolies.

Si ceux qui avaient quatorze ans en 1985 se souviennent de The Breakfast Club, ils vont désormais pouvoir découvrir The Stained Club, dont les six réalisateur.rice.s étaient bien loin d’avoir déjà vu le jour à l’époque du film de John Hughes… Dans ce film réalisé à l’école Supinfocom Rubika, établissement d’excellence installé à Valenciennes, les personnages ne sont pas des teenagers, mais des enfants, tout atteints d’un mal mystérieux et volontiers parabolique, un peu à la manière de Ma vie de Courgette.

Il y a d’ailleurs comme une parenté entre ces petits héros en 3D numérique et les marionnettes du fameux long métrage de Claude Barras. On trouvera aussi une semblable harmonie, entre légèreté et gravité, autour du motif de la différence, celle de ces geeks ou carrément “freaks” qu’un autre maître de l’animation, Tim Burton, a lui aussi souvent mis en scène. Le regard est singulier – et inventif – sur le thème de l’indifférence parentale, véritable souffrance pour un gamin ainsi amené à se constituer sa propre famille d’élection.
Le film a reçu le Prix du public et le Prix lycéen de la compétition So French ! du Poitiers Film Festival en 2018.

Scénario Mélanie Lopez Musique Valentin Lafort Interprétation Lily Carton, Lucas Lopez Production Rubika Supinfocom
L’Extra Court