Retour
Publié le 24/07/2019 - court-métrage

Du 24 au 30 juillet 2019

Per tutta la vita et Un obus partout, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 24 au 30 juillet 2019.

 

  • Per tutta la vita devant les séances de Douleur et gloire et Sybil

    Au cours d’un voyage aux origines de leur mémoire, une femme et un homme retracent les moments les plus importants de leur histoire d’amour.

Le cinéma d’animation italien permet régulièrement à de grands auteurs d’émerger et, après Simone Massi, il va falloir dorénavant compter avec Roberto Catani. Présenté en 2019 aux festivals de Clermont-Ferrand et Annecy, entre autres, son film Per tutta la vita – qui signifie “Pour toujours”, en un mot – est une petite merveille, le terme n’est cette fois nullement galvaudé… Tant sur la forme, éminemment picturale et harmonieuse, que sur ce qu’il entreprend de conter.

Une histoire d’amour se déploie, mais avec le choix singulier dans le regard de partir d’une extrémité pour remonter dans le temps, jusqu’à l’origine de la rencontre, point nodal de tant d’œuvres artistiques et littéraires. C’est, en un sens, un plan-séquence de cinq minutes qui s’anime sous nos yeux, chaque dessin se modifiant pour donner une nouvelle forme, en une étourdissante symphonie qui n’est pas sans évoquer la démarche poétique d’un Schwizgebel.

Des techniques aussi nobles que la craie, les crayons de couleur, la pointe sèche ou le burin ont été employées et le champ des représentations – le cirque et son ambiance – nous rapproche aussi de Fellini, illustre compatriote du réalisateur. Un travail sonore et musical poussé achève de poser cette atmosphère de mélancolie. Celle des jours enfuis, mais dont la beauté demeure. Et la magie, même, certains chapeaux pouvant toujours abriter des lapins…

Scénario Roberto Catani Musique Andrea Martignoni Production Miyu Productions
L’Extra Court

 


  • Un obus partout devant les séances de Roads et Les Crevettes pailletées

    Beyrouth, 1982. C’est le jour du match d’ouverture de la Coupe du Monde de football. Pour rejoindre sa fiancée, un jeune Libanais doit traverser un pont contrôlé par l’armée.

Pour son premier film hors école, cet ancien pensionnaire de l’Ensad qu’est Zaven Najjar propose une animation d’une esthétique peu habituelle et plutôt novatrice, abordant un sujet historique empreint de gravité tout en conservant une certaine légèreté. Son héros, Gabriel, doit retrouver sa bien aimée en ce soir de match de football qui mobilise toutes les attentions et pour cela, il doit traverser un pont gardé par des snipers. Le danger est palpable, mais Gabriel et son ami Mokhtar, dans leur vieille Plymouth, ont décidé de le défier…

L’animation joue avec les volumes de l’architecture de la ville et des routes, où les personnages, en silhouettes se détachant du fond coloré, ont l’air bien petits, à l’image de l’homme face aux remous de l’Histoire – le chaos du Liban de 1982 – qui le dépassent et le menacent. L’habileté du film est de monter parallèlement l’aventure du duo de copains avec le commentaire du match Argentine-Belgique qui se déroule en Espagne au même moment, l’accélération folle de la voiture étant concomitante aux courses endiablées de Maradona. Le suspense est à son comble, et le drame toujours possible, ballon rond ou pas…

Scénario Camille Lugan, Zaven Najjar Musique Marc Codsi, Zeid Hamdan Interprétation Arthur Dupont, Thomas Blumenthal, Sabine Zovighian, Jean-Michel Fête Production Caïmans productions
L’Extra Court