Retour
Publié le 26/02/2020 - court-métrage

Du 26 fév. au 3 mars 2020

Je suis votre chauffeur et Homework, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 26 février au 3 mars 2020.

 

  • Je suis votre chauffeur devant les séances de Mine de rien

    La première nuit d’un chauffeur VTC, c’est compliqué… Surtout quand ses clients aiment bien parler.

Les jeunes acteurs Marc Allal et Sonia Bendhaou ont signé en duo cette comédie courte. Deux minutes vingt qui jouent avec la figure du chauffeur de taxi ou de VTC, en plein cœur de l’actualité. Le personnage de Dimitri effectue ici sa première journée de course et doit affronter les humeurs, réflexions et monologues de ses divers passagers. Tout comme la cohabitation éventuelle de multiples clients, en mode course partagée à moindres frais.

C’est le comédien Édouard Montoute qui incarne le héros, lui qui apparaît dans un second rôle des cinq films de la saga Taxi, une référence qui nourrit directement le scénario, tout comme l’évocation de Taxi Driver de Martin Scorsese. Certains passagers du véhicule prennent Dimitri pour… le vrai Montoute, qui se trouve être ailleurs, mais voit son sosie chauffeur en photo sur les réseaux sociaux ! La cerise sur le gâteau est l’apparition finale du protagoniste des premiers Taxi, Frédéric Diefenthal, dans son propre rôle, mais en usager “lambda”. Lui aussi prend le conducteur de la voiture pour le vrai Montoute, qui serait ainsi en pleine immersion pour un rôle… ou dans un vrai boulot complémentaire pour boucler ses fins de mois. Et la vedette de finir même par lâcher : “Ça aurait pu, les temps sont durs”…

Interprétation Edouard Montoute, Frédéric Diefenthal
L’Extra Court

 


  • Homework devant les séances de Mickey and the Bear et Wet Season

    Un jeune père, sa fille de douze ans, un night-club, deux secrets et un mensonge qui va résoudre tous les problèmes.

Film d’école coproduit par la Deutsche Film und Fernsehakademie de Berlin, Homework fut à l’affiche de la sélection internationale du festival de Clermont-Ferrand 2017. Sa réalisatrice Annika Pinske a en outre travaillé comme assistante réalisatrice sur le grand succès du cinéma allemand, et même européen, de 2016 : Toni Erdmann de Maren Ade. Avec Homework, porté par l’excellente direction de ses deux acteurs, elle prend un malin plaisir à brouiller les pistes, la première séquence ne laissant aucunement augurer de ce qui suit : on y voit un père effectuer ses exercices de musculations et “pompes” tout en faisant réviser sa leçon d’anglais à sa fille préadolescente.

L’humour s’invite au cœur de la scène dans le contraste des deux activités et le fait que la jeune fille pèse sur son père pour compliquer sa tâche. On remarque alors à peine le pantalon serré en lycra, doré et électrique, du père, dont la signification prend bientôt toute sa mesure. Il y a alors, aux dépens de la mère absente, un secret partagé réunissant un père de vingt-sept ans seulement (le synopsis en VO le précise) et celle qu’il a engendrée trop tôt, alors qu’il était encore adolescent. Leur complicité, éclatante, n’en est que plus touchante…

Scénario Ainslie Henderson Musique Maria Kamutzki Interprétation Tim Kalkhof, Emma Frieda Brügler Production Pennybooth
L’Extra Court