Retour
Publié le 26/06/2019 - court-métrage

Du 26 juin au 2 juillet 2019

Captain 3D et Le repas dominical, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 26 juin au 2 juillet 2019.

 

  • Captain 3D devant les séances de Parasite et X-Men: Dark Phoenix

    Captain 3D est un super héros qui nous rappelle nos comics préférés ! Lorsqu’il enfile ses lunettes relief, un nouveau monde s’anime en 3D et donne vie à la plus charmante des jeunes filles qu’il doit sauver des tentacules d’un monstre effrayant…

Le souvenir de l’anthologique Petit dragon de Bruno Collet revient à l’esprit devant Captain 3D et à Bruce Lee succèdent d’autres référence cinématographiques, le réalisateur parvenant à développer un argument tout aussi amusant en se mettant directement en scène, puis à travers un super-héros échappé de son comic-book préféré, qui lui ressemble trait pour trait.

En jouant narrativement de toutes les possibilités ouvertes par la 3D, le film rend hommage à la Série B d’aventures des années 1950-60, du style des productions de Jack Arnold, leur imagerie, leurs personnages et leurs enjeux dramatiques. Et la perfection technique de ce tour de force d’à peine trois minutes traduit une maîtrise brillante de la technique séculaire du stop-motion, le héros en combinaison écarlate étant à l’origine une figurine d’une vingtaine de centimètres de hauteur, toute de fils de fer, de papiers mâchés et de peinture ! Jubilatoire, ce dynamique film-clin d’œil respire l’amour du cinéma et célèbre les belles traditions artisanales de l’animation, y compris à l’ère du tout-numérique.

Scénario Victor Haegelin Musique Romain Dubois Interprétation Victor Haegelin Production Midi minuit / Partizan films
L’Extra Court

 


  • Le repas dominical devant les séances de La femme de mon frère et Beaux-parents

    C’est dimanche. Au cours du repas, Jean observe les membres de sa famille. On lui pose des questions sans écouter les réponses, on lui donne des conseils sans les suivre, on le caresse et on le gifle, c’est normal, c’est le repas dominical.

Multipliant les sélections, nominations et distinctions depuis sa présentation au festival de Cannes en 2015, Le repas dominical rencontre un tel succès que cela risque paradoxalement de lui porter préjudice, tant il en occulterait presque ses magnifiques qualités cinématographiques. Or il est primordial de ne pas perdre de vue la superbe adéquation, dans ce coup de maître d’une ancienne élève de l’Ensad, entre la narration et la forme, intimement liées : ce qui transparaît à l’écran est l’écho direct du récit en voix-off de Jean, à qui Vincent Macaigne, icône du jeune cinéma français contemporain, offre son timbre singulier et son talent polyvalent.

La causticité du déjeuner familial conduisant le jeune homme chez ses parents, le dimanche midi, prend un tour surréaliste à travers le dessin de Céline Devaux et les équivalents visuels qu’elle apporte aux propos et aux pensées de son héros plongé dans un véritable cauchemar aux épisodes inattendus, alors que la question de sa sexualité – il vit avec un garçon – se trouve au coeur des enjeux familiaux. Le montage tenant à la frénétique profusion achève de faire de ce Repas dominical une expérience unique et assez inédite.

Scénario Céline Devaux Musique Flavien Berger Interprétation George Blagden, Vincent Macaigne Production Sacrebleu Productions
L’Extra Court