Retour
Publié le 03/04/2019 - court-métrage

Du 3 au 9 avril 2019

Avant la venue de Philippe Rebbot dans vos cinémas, venez le (re)découvrir dans Les Bigorneaux et Pitchounedeux courts-métrages à l’affiche du 3 au 9 avril 2019.

 

  • Les Bigorneaux devant les séances de J’veux du soleil !

    À Brignogan-Plages, Zoé, trente ans, travaille au bar Les Bigorneaux, avec son père, Guy. Tantôt serveuse, barman, patronne, elle s’épuise à tout prendre en charge, épaulant Guy depuis la mort prématurée de sa mère. Un matin, Zoé se met à souffrir de vertiges et de nausées qui perturbent son quotidien. Elle craint d’être tombée enceinte, mais sa gynéco lui apprend qu’elle souffre d’un tout autre mal.

Réalisatrice, scénariste et actrice, Alice Vial passe des formats longs aux courts en prêtant toujours une attention particulière aux personnages. Dans ce quatrième court-métrage, elle nous dresse un portrait de femme touchant, drôle et juste. Récompensé fin février par le César du meilleur court métrage de fiction et lauréat fin mars du Prix du Meilleur Film de fiction (ex aequo) au Festival du Film d’Aubagne Les Bigorneaux est porté par un trio d’acteurs qui fonctionne bien : Philippe Rebbot interprète le père, Rebecca Finet, une employée du bar et Tiphaine Daviot nous véhicule les états d’âme de Zoé. Leurs échanges, drôles et pertinents, rythment cette comédie et maintiennent une légèreté malgré le sérieux des thématiques abordées.

Si le film est émouvant et léger à la fois c’est d’ailleurs en partie grâce à la complicité qui apparaît entre Tiphaine Daviot et Philippe Rebbot. En effet, Alice Vial explore aussi la relation père-fille. Ici le lien est tendre et complexe. Adolescent attardé, Guy est dépassé depuis la mort de sa femme. Il laisse tout reposer sur les épaules de sa fille et, paradoxalement, refuse de la voir grandir. Il se réfugie dans le rock et dans ce fantasme américain de liberté plutôt que de se confronter à la réalité. Ce contraste se retrouve dans la bande son très soignée du court-métrage. Majoritairement intra diégétique, la musique rock de Pierre-Antoine Durand laisse parfois place aux bruits de la mer. Ce va-et-vient entre l’ici et l’ailleurs est suggéré tout au long de la fiction. Une invitation au voyage qui donne envie, contrairement aux bigorneaux qui s’accrochent aux rochers, de prendre le large.

Scénario Alice Vial, Clémence Madeleine-Perdrillat Réalisation Alice Vial Interprétation Tiphaine Daviot, Philippe Rebbot, Rebecca Finet, Anouchka Csernakov, Lety Pardalis, Olivier de Narnaud, Gérard Bohanne, Thierry Machard Image Brice Pancot Son Sylvain Rety Musique Pierre-Antoine Durand Montage Nicolas Sarkissian Production Les Films du Cygne
Format Court

 


  • Pitchoune devant les séances de La Lutte des classes et F… comme Fairbanks (au cinéma Pax)

    Deux frères, Mathias et Karim, tiennent l’espace animation garderie pendant le salon du véhicule de tourisme. Depuis des années, ils vivent de spectacles pour enfants, mariages, arbres de Noël. Mais Karim en a marre de faire le clown. Aujourd’hui, il va l’annoncer à Mathias. Ce sera leur dernière animation.

 

Scénario, réalisation Reda Kateb Image Yoan Cart Son Jérémy Babinet, Utku Insel, Damien Lazzerini Montage Margot Meynier Musique originale Warren Ellis  Interprétation Thomas Vilto, Raphaël Vilto, Alban Aumard, Djemel Barek, Philippe Rebbot, Reda Kateb Producteur Emmanuel Barraux Production 31 Juin Films
L’Extra Court