Retour
Publié le 03/07/2019 - court-métrage

Du 3 au 9 juillet 2019

Décibels et 14, deux courts-métrages à découvrir dans vos cinémas du 3 au 9 juillet 2019.

 

  • Décibels devant les séances de Yesterday et Yves

    Tout fout le camp dans la soirée organisée par Ben depuis que chacun décide de passer la musique qui lui plaît…

Présenté dans des festivals partout à travers le monde, Décibels fait partie de l’annuelle Collection pilotée par les Programmes Courts et création de Canal+, plus précisément celle qui s’intitulait “Dessine toujours !” et qui fut lancée en réaction à l’attentat ayant frappé la rédaction de l’hebdomadaire Charlie Hebdo en 2015. Le fil rouge de l’histoire y est donc clairement de montrer ce que peut devenir une situation collective – ici une soirée entre amis – lorsqu’un individu entend imposer sa propre volonté à tout le monde, par exemple la musique qu’il aime, lui, sans se soucier des attentes des autres invités. Par le petit bout de la lorgnette et dans une séduisante forme en volume de personnages aux traits ronds et de couleurs chatoyantes, l’épisode offre une variation plaisante autour de ce fameux “vivre-ensemble” qui se trouve au cœur des débats depuis les tragiques journées de 2015.

Surtout, ses percutants dialogues fusent et amusent, notamment par la voix, reconnaissable entre mille – même sous pseudo ! – de l’excentrique Esteban, l’une des coqueluches du court métrage français des années 2010.

Scénario Pierre-Gilles Stehr, Léo Verrier Interprétation David Boring, Judith Margolin, Antoine Schoumsky, Antoine Thiébault, Corentin Lecourt Production Miyu Productions
L’Extra Court

 


  • 14 devant les séances de La Grand-messe

    En 1914, durant une étape du Tour de France, le champion national est seul en tête, mais il chute dans la descente du Col du Tourmalet…

Un carton indique, au début de ce film d’école du Mopa d’Arles, l’époque à laquelle il se déroule, à savoir juillet 1914. C’est le 28 de ce mois qu’éclatait officiellement la Première Guerre mondiale, mais il n’en est pas ici directement question : les six étudiants en animation ayant cosigné 14 se sont concentrés sur un coureur du Tour de France, alors que l’épreuve vivait ses héroïques âges pionniers, dans la roue des Lapize, Thys ou Pélissier. Les étapes de montagne prenaient un tour dantesque et les participants s’arrêtaient fréquemment dans des villages isolés, côtoyant réellement les populations locales.

Sur le ton de la comédie, un champion de la Petite Reine est ainsi accueilli dans un bistrot rural, où se pressent aussi le maire et le curé de la paroisse. Il y a de la Suze et du Campari, des airs d’accordéon et des moustaches façon Brigades du Tigre. C’est l’été 1914, le dernier d’une certaine innocence, celle de la Belle-Époque qui s’achève sans qu’encore on le sache. Juste avant que l’Europe ne sombre dans l’abyme. Il n’y aura plus d’autre Tour de France avant 1919…

Scénario Juliette Coutellier, Charlotte Da-Ros, Cyril Flous Production École Mopa
L’Extra Court