Retour
Publié le 26/02/2020 - Musique

NICK CAVE AND THE BAD SEEDS – Ghosteen

Ghosteen, le dix-septième album de Nick Cave and The Bad Seeds est en écoute au Cinéma Atlantic du 26 février au 10 mars 2020.

  • Le rockeur australien et ses Bad Seeds sont de retour avec un dix-septième disque d’une profondeur merveilleuse.

On avait laissé Nick Cave il y a trois ans, auteur d’un disque aussi magnifique que torturé. Skeleton Tree,  inspiré par la mort tragique de son fils de 15 ans, démontrait une  nouvelle fois le talent éclatant du rockeur à capter et transcrire via  son chant magnétique les douleurs de l’existence. Depuis, l’Australien s’était lancé avec son complice Warren Ellis dans la composition de la musique du polar Wind River, avant de rejoindre Marianne Faithfull sur une ballade du dernier album de la chanteuse britannique.

La semaine dernière, les fans (et les autres) s’étaient réjouis de cette annonce surprise : Nick Cave allait publier de façon imminente Ghosteen, un double-album enregistré l’an dernier avec ses fidèles Bad Seeds entre les USA, Brighton et Berlin. Dans une formulation mystérieuse, le songwriter précisait que les chansons du premier album y figurent « les parents », alors que celles du second disque représenteraient « les enfants ». « Ghosteen est un esprit migrant », concluait alors Nick Cave.

A l’écoute, ce nouveau long-format du rockeur australien est bien d’une profondeur merveilleuse. On comprend mieux aussi cette séparation annoncée entre les deux volets de l’album, le calme, la nostalgie et une forme de bienveillance éthérée marquant les compositions du premier disque où la voix de Cave est d’une beauté sans égal.  Plus sombres, les « enfants » du second disque s’appuient sur un chant presque sépulcral, où se noient la douleur et l’affliction d’un artiste qui a fait de son introspection l’une des plus majestueuses inspirations du rock contemporain.

→ Pour en savoir plus sur le travail de Nick Cave, c’est par ici !

FIP