Retour
du 22 au 29 janvier 2020 - festival

La Palestine au-delà des images – 4è édition

Pour la quatrième année, l’AFPS 44 organise, avec le soutien de la plateforme 44 des ONG pour la Palestine, la semaine du film palestinien : La Palestine, au delà des images. Du 22 au 29 janvier 2020, 15 films (fictions, documentaires et courts métrages) seront projetés dans 21 salles du département. Nous accueillons deux d’entre eux pour quatre projections dont deux suivies de débats avec des représentants de l’AFPS 44.

Cet évènement nous invite à poser un regard sur le peuple palestinien d’une autre façon : par le biais de sa culture, et particulièrement de son cinéma.  À travers les fictions et documentaires qu’il nous propose, nous approchons ses douleurs, ses espoirs et sa mémoire de 70 ans de conflit, sans oublier son humour voire son sens de l’autodérision…

LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE
un documentaire de Roland Nurier

L’histoire de la Palestine, de son origine à aujourd’hui, loin de ce que les médias appellent le conflit israélo-palestinien. Experts internationaux, historiens, diplomates des Nations unies, juristes en Droit international mais aussi, témoignages de simples citoyens… Un éclairage primordial basé sur des éléments factuels incontestables, pour se débarrasser des clichés et idées reçues !

« Un documentaire dense, politiquement très marqué, qui tente de rendre justice à une terre sacrifiée, la Palestine, sur l’autel des conflits géopolitiques et culturels, et de faire le procès à un sionisme aveugle. Intéressant, documenté et courageux, au regard des risques de clivage inhérents à un tel sujet. » aVoir-aLire.com

au cinéma Pax > jeudi 23 janvier à 20h45
au cinéma Atlantic > lundi 27 janvier à 20h45
Les deux projections seront suivies d’un échange avec des représentants de l’AFPS 44

 

WARDI
un film d’animation de Mats Gorund à découvrir dès 10 ans

Beyrouth, Liban, aujourd’hui. Wardi, une jeune Palestinienne de onze ans, vit avec toute sa famille dans le camp de réfugiés où elle est née. Sidi, son arrière-grand-père adoré, fut l’un des premiers à s’y installer après avoir été chassé de son village en 1948. Le jour où Sidi lui confie la clé de son ancienne maison en Galilée, Wardi craint qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour. Mais comment chaque membre de la famille peut-il aider à sa façon la petite fille à renouer avec cet espoir ?

« Bourrée d’humour, cette fable politique et poétique, relevée d’un soupçon de cocasserie surréaliste, éclairera parents et enfants sur la blessure à vif d’un peuple oublié. » Le Nouvel Observateur

au cinéma Atlantic > dimanche 26 janvier à 18h30
au cinéma Pax > mardi 28 janvier à 18h30

 

 

Partenaires