Pour cette deuxième soirée ciné-repas de la saison, direction l’Asie centrale à la découverte des nations kirghizes et kazakhs dont les traditions ancestrales se voient chahutées par la modernité. Deux films et un repas pour s’imprégner de l’ivresse des steppes.

CENTAURE nous transporte dans un village au Kirghizistan. Centaure, autrefois voleur de chevaux, y mène désormais une vie paisible et aime conter à son fils les légendes du temps passé, où les chevaux et les hommes ne faisaient plus qu’un. Mais un jour, un mystérieux vol de cheval a lieu et tout accuse Centaure…

C’est un film qui nous vient d’un pays que l’on ne voit presque jamais ni au cinéma ni dans les feux de l’actualité. Un pays de grandes steppes qui furent traversées autrefois par des princes cavaliers. Un pays qui, avant de devenir indépendant en 1991, fut une des nombreuses républiques d’URSS au cœur de l’Asie centrale, coincée entre le Kazakhstan et la Chine. Mais il serait pour le moins réducteur de voir Centaure comme un joli objet exotique, dans le genre Connaissance du Monde… Car Centaure est bien plus que ça : à la fois drôle, beau et lucide, le film parle magnifiquement d’un monde a priori immuable qui s’effondre, tandis qu’un autre, façonné aux normes de la mondialisation à l’occidentale, pointe malheureusement son nez.

Dans LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDE, la belle Saltanat et son chevalier servant Kuandyk sont amis depuis l’enfance. Criblée de dettes, la famille de Saltanat l’envoie dans la grande ville où elle est promise à un riche mariage. Escortée par Kuandyk qui veille sur elle, Saltanat quitte son village pour l’inconnu. Les deux jeunes gens se trouvent entraînés malgré eux dans une suite d’événements cruels et tentent d’y résister de toutes les façons possibles.

Elle vêtue de rouge et lui de noir, La Tendre indifférence du monde raconte comment Saltanat et son ange gardien, portés par une foi sans doute naïve et leur amour inavoué, tentent tant bien que mal d’échapper au destin qui les menace, de se construire une place à part de la société violente et corrompue qui les enserre. D’une grande douceur contemplative, naviguant pourtant entre sourire et larme, mélodrame et comédie, le film déroule le fil d’une histoire déjà écrite où tout se joue dans les marges, les silences et les regards d’une exceptionnelle pureté. Une histoire éternelle, magnifiée par la grâce de ses héros, Juliette et Roméo modernes, perdus dans un Kazakhstan tantôt sombre et cruel, tantôt magnifié par la lumière. Une merveille.

 

Déroulement de la soirée :

• à 18h30 : projection de CENTAURE (1h30)

• à 20h : buffet de spécialités

• vers 21h : projection de LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDE (1h40)

Formule 20€ : les deux films + le repas 
Réservations impératives par email (reservations@cinemapax.fr) et règlement par chèque à l’ordre de Ciné’Phare avant le 13 décembre. Attention, le nombre de places est limité. Tarifs habituels en dehors de la formule