Retour
à partir du 15 mai - Grands classiques

Yentl retrouvée

Nous suivons toujours avec attention l’actualité de Lost Films, société de distribution dirigée avec passion par Marc Olry et spécialisée dans la ressortie en salles de films tombés – ou non – dans l’oubli. Après Ragtime, diffusé récemment dans le cadre de PlayTime, nous avons le plaisir de diffuser la version restaurée de Yentl de et avec Barbra Streisand, récompensé en 1983 par un Oscar de la meilleure musique signée …Michel Legrand. Une occasion de saluer – de façon décalée – la mémoire du grand compositeur et de voir ou revoir cette oeuvre féministe et lyrique.

 

Synopsis : À la mort de son père, Yentl, jeune juive polonaise enfreint les règles de la Torah en se travestissant en homme pour pouvoir étudier le Talmud. Elle rencontre Avigdor dont elle tombe amoureuse, mais ne peut lui révéler sa véritable identité…

 

Yentl est une histoire d’amour. Celle d’une jeune fille pour son père, mais aussi celle d’un être curieux de tout, de tous, et bientôt celle d’une femme pour un homme.

En 1983, après quatorze ans de batailles, Barbra Streisand porte à l’écran Yentl. 
Avec ce premier long métrage elle devient également la première femme à produire, à écrire et à jouer dans son propre film, comme avaient pu 
le faire avant elle à Hollywood Charles Chaplin et
 Warren Beatty.

En 1962 Isaac Bashevis Singer, écrivain yiddish et futur prix Nobel de littérature, publie un recueil de nouvelles dont Yentl the yeshiva boy. D’origine juive, star de la chanson et du cinéma, Barbra Streisand achète les droits de ce livre pour en écrire, produire et surtout réaliser l’adaptation. Mais Hollywood lui tourne le dos et Yentl devient un nouveau défi pour celle qui en musique a su imposer un total contrôle artistique à sa maison de disques. Et pour celle qui n’a jamais connu son père (mort quand elle était encore bébé), l’occasion de s’en inventer un au cinéma. Même si elle est plus âgée que son personnage, elle accepte d’incarner Yentl et après avoir enregistré la bande originale avec son ami Michel Legrand, finit par décrocher le feu vert de la United Artists.

Alors que la rumeur de Los Angeles prédisait le pire, la première de Yentl fait pleurer et applaudir le tout Hollywood. Mégalomane et perfectionniste, Barbra Streisand a mis tout le monde d’accord, sauf l’auteur de la nouvelle qui, entre la remise des Golden Globes et celle des Oscars donna une interview pour dénigrer le film (n’acceptant pas qu’on insère des chansons dans son œuvre, ni la nouvelle fin, et ajoutant qu’il avait proposé à Barbra Streisand un scénario dont elle n’avait pas voulu).

Avec cinquante millions de dollars de recettes aux États-Unis comme à l’étranger, Yentl est un succès. La bande originale se vend à plus de trois millions d’exemplaires, mais nommé cinq fois à l’Oscar (meilleurs décors, meilleure chanson et meilleur second rôle féminin pour Amy Irving) seule la musique est récompensée. L’Academy boude l’actrice, réalisatrice et productrice : Barbra Streisand. 

Dans les salles

Cinema PAX Cinema Atlantic

mercredi 15 maijeudi 16 mailundi 20 mai
Cinéma Pax - Le Pouliguen_21:0014:00
Cinéma Atlantic - La Turballe16:30-21:00